7 biohacks pour devenir biohacker

Biohacking : les pratiques indispensables pour devenir biohacker ?

EXTRAIT DU WEBINAIRE « 8 étapes pour devenir un Biohacker » avec Dr. Denys COESTER

Jeûne, sommeil, douche froide, gestion du stress… Étudions ces quelques pistes à privilégier pour devenir biohacker.

Dans la mesure où on parle de biologie, il faut commencer par l’origine de la vie. C’est ce que j’appelle l’équation du vivant. En fait, nous sommes vivants, pourquoi ? Parce que nos cellules sont vivantes. Nos cellules sont vivantes, pourquoi ? Parce qu’elles ont de l’énergie. Elles ont de l’énergie, pourquoi ? Parce que nos cellules sont capables de transformer ce que nous mangeons, à savoir : les nutriments, glucides, protéines, lipides. Nos cellules sont capables de transformer ces nutriments en énergie sous une forme de molécules qu’on appelle l’ATP, l’adénosine triphosphate. Et tout ça, c’est ce qui permet à la cellule d’avoir de l’énergie. Et finalement, l’énergie, c’est par là que tout commence.

D’ailleurs, Einstein disait tout et énergie, et même Tesla était intéressé par le concept de l’énergie. L’énergie est donc là où tout commence. Donc vraiment, pour devenir biohacker, je commencerais par l’énergie.

7 biohacks à mettre en place pour devenir biohacker ou biohackeuse

Nous ne sommes pas réduit à subir notre génétique ou les effets du temps qui passe. Il existe différentes façons d’augmenter ou de booster son énergie de manières extrêmement simples. Devenir biohacker commence par la mise en place de petits changements dans son mode de vie. En appliquant ces quelques biohacks bien choisis, vous augmenterez votre énergie.

Biohack n°1 : le jeun

D’abord, il y a le jeun. Cela paraît incroyable, mais le jeun va booster nos mitochondries, et donc, booster cette production d’énergie. Les mitochondries sont des organites intracellulaires responsables de la production du « carburant » énergétique de nos cellules. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le jeun va donc avoir une action bénéfique sur le fonctionnement cellulaire.

Biohack n°2 : La cétose

La cétose, c’est un phénomène que notre corps met en place naturellement quand il a moins de sucres. Par exemple, si vous diminuez vos apports de sucre, vous allez produire ce qu’on appelle des corps cétoniques. Ces corps cétoniques ont un rendement énergétique plus intéressant que le sucre au niveau de vos cellules.

Biohack n°3 : Le sommeil

Ensuite, il y a le sommeil, tout simplement. Le fait de se reposer n’est pas seulement le repos du corps, mais aussi celui de l’esprit. C’est aussi une manière d’optimiser nos mitochondries et donc notre énergie.

Biohack n°4 : L’hormèse

Après, il y a l’exposition au froid. Le simple fait de prendre une douche d’eau froide va « stresser le corps ». Mais ça va le stresser d’une manière très positive.

On pourrait parler pendant des heures du stress, parce que le stress n’est évidemment pas quelque chose d’uniquement négatif. Un stress aigu est extrêmement positif. C’est un phénomène qu’on appelle l’hormèse. Quand le corps est soumis à un stress, il va être forcé d’équilibrer ce stress en produisant tout un tas de substances pour vous permettre de résister. La douche froide, c’est là encore quelque chose qui augmente l’activité de nos mitochondries.

Biohack n°5 : Lutter contre le stress psychologique

Ensuite, il y a la gestion du stress. Avec près de 9 Français sur 10 qui déclarent être stressé, on sait parfaitement que le stress est un véritable fléau (anxiété, dépression, burn-out, hypertension, maladies cardio-vasculaires, voir alcoolisme…). Pour lutter contre ce stress, le corps va mobiliser d’importantes ressources et c’est autant d’énergie en moins pour le bon fonctionnement de l’organisme. Pourtant, il existe des méthodes simples et efficaces pour mieux gérer son stress, c’est par exemple le cas avec la cohérence cardiaque.

Biohack n°6 : L’entraînement fractionné à haute intensité

C’est ce qu’on appelle parfois le HIT : High Intensity Interval Training. L’entraînement fractionné à haute intensité est un moyen extrêmement simple d’augmenter l’activité de nos mitochondries. Le principe consiste à réaliser des séries d’exercices impliquant différents groupes musculaires, tout en alternant des phases d’intensité plus ou moins élevées.

Biohack n°7 : Manger équilibré

Manger varié et équilibré est loin d’être une simple banalité ! Il faut aussi savoir qu’une alimentation équilibrée riche en oméga-3 est extrêmement intéressant pour le métabolisme des mitochondries.

En conclusion, pour devenir biohacker…

Voilà des choses extrêmement simples à mettre en place pour devenir un biohacker. Il n’y a pas besoin d’aller chercher des choses très compliquées pour débuter en biohacking. C’est simple : penser énergie et penser des choses simples du quotidien qui permettent d’augmenter cette énergie.